Mardi 3 août, veille du 4 août :

Pour notre première nuit aux abords du désert, ça s'est plutôt pas trop mal passé, sauf que le sable mouillé a fait des bosses.

Une fois le soleil levé, nous tentons de faire de même, mais se bouger reste difficile. Après un ultime effort on arrive à se traîner jusqu'au petit déjeuner. Quand tout le monde est prêt le chantier peut commencer. En notre absence, le chantier a consisté à délimiter la zone de reboisement avec de gros piquets de bois, sur une grande surface (clayonnage).

Maintenant il faut planter les arbres. Comme il faut en planter 200 aujourd'hui, on va les chercher à la pépinière, et ils ont à peu près cette tête :

La pépinière et les plants

Le travail consiste à creuser des trous dans le sable assez éloignés les uns les autres (3 m environ) et d'y mettre les plants après avoir retiré le sac poubelle et fixé le plant avec le sable ; et ça donne ça :

Les arbustes

 

Enfin je pense que les photos seront bien plus explicites. Le travail s'effectue le matin. A midi nous avons droit au Tiboudien national, bien bon d'ailleurs, sauf qu'on le mange à … 16 h. Pendant ce temps, nous avons "palabré" en équipe et avec les Guides et puis avec Thio le responsable du camp. Comme Julie l'a dit nous avons été frappés par le manque d'installations basiques et d'organisation temporelle, ainsi que d'activités programmées.

Thio nous explique que lui aussi est déçu et qu'un camp Mauritanien ne se déroule pas comme ça d'habitude : ils font des installations, ont des équipes, un programme, des sanctions, des activités précises…

Pour commencer, nous décidons d'attaquer l'installation de douches et de feuillées, ainsi que l'élaboration d'un programme journalier :

        7 h 30 : Réveil

        7 h 30 à 8 h 30 : Petit déjeuner

        8 h 30 à 12 h 00 : Chantier

        12 h à 16 h : Déjeuner, sieste

        16 h à 18 h : Activité

        18 h à 19 h : Sport, douches

        19 h à 20 h : Dîner

        21 h à 23 h : Veillée

Du côté douches tout avance bien. Les Scouts ne veulent pas que nous travaillions : dès qu'on commence une chose ils prennent notre place sans discussion car ils sont contents de faire ça. Du coup on se retrouve "contremaîtres". Après un rapide schéma explicatif dans le sable et une maquette improvisée, le temps de couper des branches à la pioche et à la hache, et d'attacher les bâches avec du fil de fer, notre douche est terminée, et elle a de la gueule :

Du côté toilettes, on essaye de faire un siège style table modulo mais il est trop bas. Pour l'instant Dame Nature va continuer à devoir supporter nos besoins un peu partout (mais dans le sable tout s'enterre bien).

Après la corvée d'eau nous inaugurons les douches et le moment est savoureux…

Pendant ce temps, Ben et Béatrice sont partis pour une sensibilisation sur le paludisme à l'occasion d'une grande campagne nationale (et même internationale : Semaine Internationale de Prévention du Paludisme). Comme on les attend pour manger on discute entre Toubabs. Vers 21 h on mange les pâtes, même Julie qui pourtant se sent mal (et de la SALADE DE FRUITS).

On enchaîne sur une veillée mêlée de chants et de jeux, agrémentée d'un feu de camp (démarré à l'essence : le papier est rare ici). On va ensuite se coucher, sauf Julie qui l'est déjà.

BONNE NUIT tout le monde !

Le chevalier scorpion !         Feu de Camp 

Manue

PS : Ici il y a des araignées Chevaliers Scorpions, des scorpions jaunes, des scarabées, des insectes (mouches jaunes-vertes), fourmis argentées, et tout ça plaît beaucoup à tout le monde…

PS 2 le retour : Ici il y a plein de sable (normal c'est le désert), mais on en a 24 h/24 une petite pellicule sur nous … jusque dans les plats. Mais soyons heureux, tant qu'il n'y a pas de vent trop fort tout va bien.

Accueil

Suivante

Précédente